Adolphe Bérard


Les artistes, on le sait, se rendent souvent célèbres par leur voix, mais également par leur physique... Alors comment expliquer que, en ce début de XXe siècle, un homme dont le physique n'était pas sensationnel, ait pu percer dans la chanson et devenir l'un des plus grands chanteurs "dramatiques" de la Belle Époque ? Et comment expliquer sa carrière qui, même sans compter les nombreux disques et cylindres qu'il a laissés derrière lui, fut parmi les plus "chargées" des chanteurs de la Belle Époque.

Le début de sa vie est un peu flou... On sait qu'il naquit en 1870 dans la petite ville de Carpentras, d'un père perruquier.
Très jeune il chante dans de petites salles, souvent pour des "fêtes" de quartier. Il veut tout d'abord être chanteur d'opéra, mais il n'y parviendra pas. En 1890 il s'installe à Marseille puis, dès 1895, il arrive à Paris. Il est présent à l'Eldorado dès 1899, où il chantera jusqu'au début des années 30, période qui marquera le déclin de cette unique voix de ténor.
C'est en 1900 qu'il grave son premier (?) enregistrement chez Edison, sur cylindre en cire noire : La Fée Verte. Sa voix est puissante, ses intonations uniques ne trouvent pas d'égal. Il est ténor, et parvient à monter haut dans les aigus. Le public le demande; à partir de 1903 il commence une tournée' de l'ensemble des salles parisiennes. A chaque fois c'est un triomphe.
Il grave de nombreux disques à partir de 1905 chez Odéon et chez Pathé. Il effectue un nombre impressionnant de tournées, qui remporteront toutes un immense succès. Certains soirs la foule est telle qu'il a des difficultés pour rentrer tranquillement chez lui...
Il se marie avec la chanteuse Charlotte Gaudet qui décèdera malheureusement en 1930. A partir de cette date, on observe un déclin progressif de Bérard (rappelons tout de même qu'il a alors 60 ans). Il gravera encore quelques faces chez Pathé jusqu'en 1931 avant de prendre définitivement sa retraite, après une carrière d'une rare prospérité.
Il termine sa vie à Paris et meurt en 1946, à l'âge de 76 ans, avec, derrière lui, l'une des plus grandes carrières de ténor.
Durant toute sa vénérable carrière, Bérard a enregistré, depuis le cylindre La Fée Verte en 1900 jusqu'aux tout derniers disques à aiguille gravé chez Odéon et Pathé, dans l'ère de l'enregistrement électrique. La majorité de ces enregistrements a été effectuée entre 1906 et 1931; l'évolution d'une part de la voix de Bérard et d'autre part des techniques d'enregistrement permettent d'apprécier sous divers angles le timbre de sa voix.

Bérard est un chanteur "poly-styles" si l'on peut dire : il passe de la chanson patriotique, telle que :

  • Le rêve Passe, 1909,
  • La valse bleu-horizon (Berneuil), 1917,
  • Qui a gagné la guerre, 1919
  • La Marche Aviation (Berniaux)
  • Verdun! ... On ne passe pas ...,
  • La chanson de la France, avec orchestre

à la chanson mélodramatique, sur des thèmes poignants. Il en crée une quantité incroyable, et excellera dans ce genre. Citons par exemple:

  • "Le train fatal (1924)",
  • "Le loup de mer (1910)"...

Parfois même, il mélangera les deux genres, en créant des chansons contre l'Empereur d'Allemagne (l'Homme Rouge), ou encore le genre mélo-patriotique (Le traître).
Bon nombre de ses chansons dramatiques traitent de l'amour, avec un homme dont la femme s'en va, le trahit... Certaines sont poignantes, car il s'agit souvent de malheur, qui finissent par des meurtres ou des grandes pertes.
Lorsque Bérard chante les chansons guerrières et patriotiques, on sent un attachement profond à la France; lui-même n'est pas soldat, mais il arrive remarquablement bien à faire passer, par ses intonations, l'esprit du combat pour la patrie. Cependant il n'a pas commencé à chanter la patrie à partir de la Première Guerre Mondiale, comme on pourrait le croire; c'est lui qui a fait connaître certaines chansons d'Amiati.

Il a également chanté divers titres qui ne peuvent être répertoriés dans aucun style : la Fée Verte, par exemple, décrit l'ivresse d'un homme dont le cerveau est engourdi par l'absynthe; d'autres chansons traitaient de sujets tels la haine, la vengeance... Mais il faut bien noter que toutes les chansons interprétées par Bérard étaient dites "chansons à voix", car elles embellissaient le timbre et la beauté de la voix unique dont Bérard avait reçu le don. Cette voix, en effet, émeut quiconque l'entend : elle est puissante et possède un registre très vaste. Si Bérard n'a pas fait carrière à l'opéra, il a apporté beaucoup à la chanson. Son seul défaut était son physique; il était assez mal bâti, de petite taille, et boitait légèrement.

Mais après cette description de la carrière d'Adolphe Bérard, intéressons-nous maintenant à ces enregistrements :
Chez Pathé on relève un nombre impressionnant de disques à saphir enregistrés par Bérard, ainsi que quelques disques à aiguille à partir de 1927. Bérard a aussi enregistré chez Odeon, Zonophone, Diamond, Opéra, Idéal, Perfectaphone. Voici la liste disponible chez DLBEAAF:

Bérard

Source: Paris Qui Chante


Bérard2

Image tirée d'un petit format

Chez Pathé

25 Le roi Bohème (L.Daniderff)
45 Un baiser de femme jolie (Gavel)
46 Le doute (E.Spencer)
361 Le Guet d'amour (Borel-Clerc)
906 Gaby (Borel-Clerc) - avec orchestre <2504>
902 Medjée (Borel-Clerc) - Chanson lointaine <2504>
901 La musique qui passe - Chanson-marche
909 Marche aviation (Berniaux) - avec orchestre
1098 Les gars de France (Paul Ségo)
1436 Donne moi ton coeur
1435 Il y a du vent dans les voiles
2574 La ribaude (Borel-Clerc)
3777 Riviera (Borel-Clerc)
3777 Quand l'amour est sous votre toit (Borel-Clerc)
3867 Toute la vie (Borel-Clerc)
3893 Les 3 folies - avec orchestre
3915 Le Carillonneur (Daniderff)
3916 Quand chantent les grillons (Borel-Clerc)

4053 La chanson de minuit (Codini)
4053 Prière d'amour (Codini)
4054 Le coup de grisou (Borel-Clerc)
4054 Mon vieux clocher (Borel-Clerc)
4081 Pour que les femmes soient jolies (Borel-Clerc)
4081 Le moulin de Suzette (R.Mercier)
4083 Le Moulin de Maître Jean

4083 En-quatre-vingt-treize (Daniderff)
4086 Rubans (Borel-Clerc)
4086 Le côtre maudit (Borel-Clerc)
4112 Pour t'écrire que je t'aime (Borel-Clerc) Mélody-Blues
4112 Japanese Lanterns Blues (Borel-Clerc)
4145 J'ai vendu mon âme au diable (Desmoulins) chanson
4145 Qui qui veut du feu (Borel-Clerc) Chanson populaire
4201 L'étrange mélodie (Mario Cazes) - Fox-Blues
4201 Minuit Tango - Tango Milonga
4214 Ne pleure pas (Mario Cazes)
4214 Au soleil d'or (Raiter et Izoird)
4255 Où y a des filles! Y a des garçons (Borel-Clerc)
4255 Le long de l'Yvette (Borel-Clerc) Fox trot
4499 Lison Lisette (Borel-Clerc)
4499 Le chevalier blanc (Borel-Clerc)
4501 Les Ondines (Spencer) Chanson
4500 L'aveugle (A.Calzelli) - Chanson vécue
4500 Le tapis vert (Borel-Clerc) Idylle d'amour
4501 L'Amour brisé (Borel-Clerc) Valse
4505 La carmélite (Daniderff)
4505 Quand le coeur chante ((Borel-Clerc)
4506 Fumeur d'opium (Heilmer)
4506 Profitez... jeunesse (Gavel)
4508 En la arena, ou, 'Dans l'arène' (Gavel)
4508 Chargez (Mérély)
4509 Le loup de mer (Borel-Clerc)
4509 Le clown (Daniderff)
4510 L'Océan (Spencer)
4510 Le coeur tzigane (Vercolier) Valse viennoise
4514 Folie d'amour (Borel-Clerc) - Chanson dramatique
4521 Vous n'avez pas ça (Spencer)
1435 Il y a du vent dans les voiles
4168 Verdun! ... On ne passe pas (René Mercier) - Chanson patriotique
4514 Le traître (Borel-Clerc)
4518 Je serai là (Codini)
4518 Pour toi (Codini-Courtioux)
4519 Loulou, restons chez nous (Borel-Clerc)
4519 La Ralla-Bebeck (Borel-Clerc)
4520 La musique qui passe (Gauwin-Daris) - Chanson
4520 Marche Aviation (Berneuil) - Chanson
4873 L'homme rouge (Borel-Clerc)
4873 Valse Bleu Horizon (Borel-Clerc)
4919 La chanson du coeur (Vercolier)
4919 Plus y a d'amour (Borel-Clerc)
4920 Sylvia (Borel-Clerc)
4920 Le pitre (Borel-Clerc)
5022 Qui a gagné la guerre (Borel-Clerc)
5022 L'étendard étoilé (Borel-Clerc)

Chez Odéon (Brun)

60057 Fumeur d'opium (Ch.Helmer)
60075 Chand de ballons (F.Chaudoir)

60414 O ma Napolitaine (Borel-Clerc)
60517 Paquita (F.Couturier)

60518 J'ai tant pleuré (J.Rico)
60519 Gaby (Borel-Clerc)

60752 Nuit tragique (Borel-Clerc)
60784 Si j'ai rêvé (Perrin et Devaux)

60764 Dans la nuit rêveuse (Delteil)
60773 Rends moi mon coeur (Palmouries)

60706 La marche de la femme (Cambon)
60707 Retour au pays (Serpiéri)

60891 Coeur de Napolitaine (Rico)
60893 Le départ du bleu (Daniderff)

60886 Si les blondes s'en vont (Lust)
97005 Une page d'amour (Ricp)


97235 La fille du chiffonnier(Pickart et Stanislas)
97310 Le clown (Daniderff)

97358 Dis-moi Pierrot (Poncin)
97331 Quand chantent les grillons

97760 Medjée (Borel-Clerc)
97797 Le coeur tzigane (Vercollier)

X97263 Le soleil (Borel-Clerc)

X60266 Les refrains de la vie (F.Gavel)

X60318 J'ai peur de la femme! (R.Tassin)
X60266 Les refrains de la vie (F.Gavel)

Chez Aerophone

Trésor caché
Toute la vie

Chez Perfectaphone

1896 Au pays des fleurs (J Rousseau et Philippon)
1896 La légende des loups (J.Rousseau et Guyd'Arvor)
1894 Gaby (Borel-Clerc)
1894 Le carillonneur (Léo Daniderff)

L'océan

Un article signé Nicolas Crouvizier, collectionneur de disques


Retour à la page d'accueil