Paul Dalbret

 

De son vrai nom Auguste Paul Van Trappe, il est d'origine belge. Il est né à Paris en 1876. Orphelin dès l'âge de 13 ans, il exerce d'abord le métier de sellier-tapissier aux ateliers des chemins de fer de l'Est.
Il débute au Trianon, dans la revue "Paris au fond de la mer", aux coté de Maréchal et Mistinguett.
Sa belle voix bien timbrée et sa diction impeccable font de lui un "fin diseur" qui plaît tout de suite au public. Il passe à la Guinguette St Antoine, puis aux Fantaisies Saint-Martin.
Après son service militaire, il quitte son emploi pour se consacrer définitivement à la chanson.
De 1898 à 1901, il reste 3 ans à la Pépinière, à la fois pour le tour de chant et les revues. Il passe ensuite un an à l'Européen et encore 3 ans à La Gaîté Rochechouart. On le retrouve aussi parfois aux Folies-Bergère, comme dans la revue de 1902, avec Fragson, Louise Balthy, Lejal, Louis Maurel et Maurice Chevalier.
Dalbret alterne en général les romances du répertoire Mercadier avec quelques chansons fantaisistes de Mayol, mais aussi quelques petits formats portent déjà son nom et sa photo.

En 1904, il est remarqué à la Gaîté-Rochechouart par Franck, le régisseur général de l'Alcazar de Marseille, qui l'engage dans son établissement. Dalbret plaît beaucoup à Marseille, si bien qu'il décide de s'y fixer définitivement à Château-Gombert.

 

Dalbret

Dalbret. Il a 28 ans en 1904

Il n'en poursuit pas moins sa tournée parisienne, entrecoupée de passages à l'Alcazar, au Palais de Cristal, aux variétés-Casino de Marseille et de tournées dans le Midi. De 1905 à la guerre de 1914, il chante régulièrement aux Ambassadeurs, à l'Alhambra, à la Gaité Rochechouart, à la Scala, au Ba-Ta-Clan. Il participe en 1913 à la revue de la Scala. Il enregistre chez Edison, chez Pathé...

En 1914, Dalbret part pour le front. Gravement gazé il est réformé en 1915. Il est décoré de la médaille interalliée et de la médaille commémorative 14-18.

Il reprend son tour de chant, un mélange de chansons patriotiques, satiriques, humanitaires et sociales dont il écrit la plupart des paroles et musiques.

Après la guerre, il fait des tournées en Belgique et dans le Midi. Cependant la guerre l'a profondément marqué, les gaz asphyxiants l'ont handicapé, et sa santé était devenu précaire, il est souvent besoin de prendre du repos, d'annuler ses contrats. Le succès pourtant est toujours là. On le retrouve à l'Alcazar, à l'Empire, au Théatre des Nations, de Marseille, et toujours dans de nouvelles tournées dans le Midi.

En 1926, il s'évanouit en sortant de scène. Malgré les médecins qui lui prescrivent un repos absolu, il poursuit sa tournée coûte que coûte pour ne pas mettre ses camarades dans l'embarras.
Finalement, il doit pourtant rentrer à Marseille au "Petit Clos" et s'alite pour ne plus se relever.
Le matin du 3 mars 1927, il meurt dans les bras de sa femme et de son ami, le chansonnier Édouard Valette.



Voici l'ensemble des disques de notre collection interprétés par Dalbret et édités chez Pathé :

En 90 t/mn (avant 1916):
93 - Bonne année, bonne santé (Gabaroche)
94 - Blonde aux yeux bleus (Christiné)
95 - Venez, Mesdemoiselles (Gabaroche) <2990>
97 - Qu'en dis tu, petite (L.Daniderff) - Mélodie <2004>
99 - Les trois trottins (Gabaroche)
100 - Mad'moiselle voulez-vous (Vincent Scotto) <2990>
100 - Mad'moiselle voulez-vous (VincentScotto)


454 - Oh! Ma poupée d'amour! (arr E.Rosi)
489 - Pauvre France (Izoird & Mailfait)
1336 - Le marchand de sable (Izoird)
1398 - Ailleurs et partout
1408 - Dans mon vieux temps
1425 - La valse chaloupée (Dubourg) - avec orchestre

1426 - Comment l'amour... c'est ça?
1431 - Flora-Florette (Berniaux)

1432 - Amoureux sauvetage (Berniaux)

1433 - Coeur d'enfant
1435 - La Petit'bonn'femme

1437 - L'amour malin (Christiné)
1460 - Sur la bouche
1468 - Maîtresse chérie
1514 - Ninon, voici les roses - Chanson Valse
1552 - Ma peau d'Espagne - Mattchiche
1555 - Névrosinette (Charton)
1747 - Catherine (Brunetti) - Chanson napolitaine
1748 - Petite princesse (Dalbret) - Chanson valse
2950 - Chanson pour Mireille
2957 - Elles vont vers l'amour (Picolini)
2958 - Ah! Si j'osais
2963 - Le gosse et le trottin (R. Tassin)
2973 - Le sous-marin - Lettre d'un officier de marine

3080 - Les cheveux blancs - Etude
3571 - Nous, les Midinettes (Morias et dalbret)
3578 - Souvenirs de Venise - Romance-Valse
3580 - Restez chez vous Mamzelle!
4793 - La jolie boîteuse (Berniaux)
4794 - Je t'aime toujours (Dalbret-Mario)
4795 - Je l'ai vu!!! (Malfait)
4798 - J'ai tant pleuré (Rico)
4799 - Sonnez grelots (Billaut-Dalbret)
4817 - Les enfants c'est la vie
4818 - La petite bretonne - Chansonnette comique
4840 - Au R'voir et merci !
4841 - En avant, Arche
4845 - Marche grâcieuse
4847 - Mon poteau (Sablon)

En 80 tours:

4177 - Si vous aimez les fleurs (V.Scotto)
4177 - Lentement, doucement, tendrement (Maurice Hermite)
4352 - Descendez, on vous demande (Dalbret)
4352 - Un p'tit coup d'pinard (Dalbret)
4585 - Mad'moisell' Voulez vous (Scotto)
4585 - Napolitana (Marinier et Léo Lelièvre)
4813 - Rentrons Mimi! (Berniaux)
4813 - Sérénade à Magali (Will-Trim)
4894 - Le marchand de sable (L.Izoird)
4894 - Amoureux Sauvetage (Berniaux)
4810 - Hardi les gars (Christiné) Chanson patriotique

95 - Venez- Mesdemoiselles (Gabaroche)

Il enregistre aussi chez d'autres éditeurs: citons ce cylindre Edison n° 17716 de 1906: Mam'zelle Pervenche

et par d'autres chanteurs :
1855 - Quand on vient en permission - Chanté par Audiffred

 

Dalbret PMPT

Source : Petite Musique Pour Tous


Dalbret - Carte postale

Carte postale (non datée)


 

Dalbret 1914

Paul Dalbret, pendant la guerre 14-18

 

 

Retour à la page d'accueil