Darbon-Nodar, chanteurs marseillais

Mise à jour: 30 décembre 2013

Darbon incarne LE marseillais par excellence avec son accent inimitable et ce patois un peu oublié de nos jours. Il fut aussi le premier à enregistrer pour une maison d'enregistrement dès 1908 pour Odeon, suivi en 1909 pour Pathé-Frères.

Il sera l'initiateur du "genre marseillais" qui en 1900 est encore un genre local pour un public local. Darbon en fera grâce au disque une audience nationale, et une mode qui ira en grandissant jusqu'au années 30. Ce filon fantastique facilitera l'arrivée des oeuvres de Pagnol et des opérettes marseillaises de Scotto; Dréan, Alibert, ou encore Prior sont les héritiers direct de Darbon.

 

 

Marc Darbon est né à Marseille le 10 avril 1879. Il débute dans cette ville vers 1902. En 1903, il est engagé à Toulon où il est à l'affiche avec Lisette Nodar (de son vrai non Claudine Chaillot). Ensuite, c'est l'ascension du succès à Paris. Il chante en habit, un camélia au revert de sa veste (Mayol avait adopté du muget).
En 1909, alors que les chanteurs sont à Paris, ils en profitent pour se marier. Cette même année, le couple enregistre ce qui est probablement sa chanson la plus célèbre "Quand on aime, on voit tout en rose, à nos yeux, tout parait charmant".

Couple heureux dans la vie comme à la scène, ils se produisent dans de nombreuses revues que ce soit à Paris ou à Marseille. Ils connaissent un immense succès.

A la mort de sa femme en 1923, Darbon se retire. On retrouve encore quelques représentations jusqu'en 1928.

Il meurt le 24 mai 1930 dans une maison de repos de Marseille.

Au phonographe,

 

Darbon en 1904
Darbon en 1904

Sont disponibles dans la collection de "La Belle Epoque Aux Années Folles":

Chez Pathé:

  • n°2475 Valse brune (G.Krier) <3302>
  • n°2524 C'est une valse populaire (Fauchery) - Chté par Darbon <3302>
  • n°2284 Le Poulido de Partisano - à l'espousicien (Scotto)

  • n°2288 Le gardien de la Paix (Scotto - Franchisni)
  • n°2296 Sous le clair de lune - Duo ( en couple Darbon-Nodar)
    (Scotto)
  • n°2312 Tout en rose - Chant populaire
  • n°2312 Darbon-Nodar Tout en rose - Chant populaire (Scotto) <3203>

et en 80 tours:

  • n°5250 Madame Pinatel au Dancinge (E.Vibert) - Monologue marseillais

  • n°5250 Tu me dégoutes, Marie (A.Calabreze) - Paroles de Philippe
et dans la collection de Samuel Marc:
  • 2228 Ben respounden <3206>
  • 2313 Le navigateur marseillais (Bossy) <3206>

on lui doit aussi chez Pathé vers 1910 (mais non disponibles):

  • 2372 Le bourgeon (Brunetti)
  • 2506 La marche de Paris
  • 2222 A l'aïgo saoù lei limaçouns
  • 2225 Marche d'aoù Miéjou (sur les motifs de 'nous irons où nous voudrons',
  • 2285 A l'exposition coloniale
  • 2283 Conducteur de tram
  • 2286 La chanson des pierres plates (Popy)
  • 2305 La danse du Midi, ou, La Cagolinette
  • 2288 Le gardien de la paix (Scotto)
  • 2289 Lou Parasou
  • 2301 Si tu veux venir 'Se tu vuoi venire)

 

 

 

 

Darbon CPA
Darbon n'hésite pas à se déguiser en vendeuse de poissons dans le 'Poulido de partisano' monologue marseillais!

(Carte postale d'époque)

 

Source: Paris qui Chante n°91 et 108

Un article signé: Samuel Marc

 

Retour à la page d'accueil