Les débuts de l'automobile

L'année 1898 a été l'année où toutes les inventions modernes ont pris un virage important dans la vie de tous les jours. La production des cylindres enregistrés, aussi bien que le téléphone ou l'automobile y ont pris leur essor. Et on peut dire que les débuts de chaque industrie ont été relativement similaires: d'abord une période de production réduite où chaque objet vendu était fabriqué à la main, puis les moyens de production massive se sont mis en route. Jugez plutôt pour l'automobile.

Déja en 1897 le Salon de l'outil consacrait une" partie à cette industrie naissante qu'était le véhicule automobile (par opposition au véhicule hyppomobile).

C'est du 15 juin au 13 juillet 1898 sur la terrasse du Jardin des Tuileries que la première édition d'un salon entièrement consacré à l'Automobile eu lieu. Cette exposition Internationale organisée par le fameux Automobile Club de France fut la première consacrée complètement à l'Automobile. Même si les véhicules présentés nous font sourire aujourd'hui, le succés fut considérable et salué par 140 000 visiteurs. Les véhicules sélectionnés devaient passer un test sévère pour l'époque: il s'agissait de parcourir la distance de Paris Versailles sans défaillance...

Pour donner une idée du formidable essor de cette industrie, Peugeot fabriquera 157 véhicules en 1898, Renault 76 en 1899. Près de 3000 véhicules automobiles furent produits en France en 1900; en 1906, c'est déjà 24.000 et 53.000 en 1910! .
En 1912, pour 448 sociétés cotées en bourse, on trouve 98 entreprises dans l'automobile.
En 1914, la production française passait à 45.000 et la France comptait plus de 100.000 immatriculations. Elle venait au deuxième rang mondial aprés les Etats Unis. Renault occupait la première place en construisant bien sur des automobiles, mais aussi des taxis, des autobus, des camions et des camionnettes.

Imaginons un embouteillage à cette époque.

L'automobile a inspiré les chanteurs comiques et on trouve chez tous les fabricants de disques de l'époque de perles qui nous montre bien l'impact qu'à eu cette invention dans la tête des gens de 1900. Nous citerons:

P3536 - Les questions de Louise - Chanté par Polin


5707 - Le manuel du chauffeur - Paul Lack - Disque Ideal

3792 - L'automobile du colon - Chanté par Polin accompagnement piano
32045 - L'automobile du colon - Chanté par Polin - Gramophone

1793 - Chauffeur d'automobile - Chansonnette chantée par Charlus

2254 - Rêve en auto (Grivois) - Chanté par Charlus


4727 - Le chauffeur amoureux - Chanté par Charlus
664 - Quand on a une femme et une auto (Scotto) - Chanté par Alibert 4302 - En auto - Saynète - Par F.Galipaux

Une marche signée Bosc,accompagnée de coups de klaxon, est dédiée aux conducteurs:
Disque Pathé n°6418 : Marche des chauffeurs,

Ou encore paru dans Paris Qui Chante du 11/11/1906: Tous chauffeurs! Marche H.Piccolini et L.Michaud.

Voici les paroles des deux premiers couplets de 'Chauffeur d'automobile' dans le style inimitable et bien personnel de Charlus:

J'ai laché dans la grange
Mon ancien carcan
Maintenant je suis tranquille,
Je suis bien plus rupin,
Je n'ai plus copains,
Je fais la bise aux copains
Je suis devenu chauffeur d'automobile,
Je suis conducteur d'un fiacre automobile
Pas d'bête à soigner,
Pas besoin d'fouetter,
Y a pu qu'à s'laisser rouler
On crie quand on m'vois sourire
C'est la voiture de l'avenir

Refrain
J'suis chauffeur d'automobile, -tomobile dans la ville
Je file dare dare comme si j'avais le feu quelquepart.

Sur mon Phaeton, je n'ai plus d'coton
Je suis comme dans une chaise,
Et y a pas d'erreur,
C'est les voyageurs qui recoivent toutes les odeurs,
Je peux fumer, chiquer,
Je peux m'déchausser, je m'soulage à mon aise,
Et si mon client m'dis 'qu'est-ce que ça sent,
C'est ti d'la pluie ou du vent?',
Je dis: c'est la chaudière qui pue,
Et c'est le pétrole qui pue,

Refrain

 

 

 

 

 

Automobile Club

Le ticket d'entrée au salon des Tuileries


Salon de l'auto 1898


Une vue du salon de 1898 Phaeton

Double Phaeton, fabrication Decauville (Photo Gazoline 2004)

Sources:
- 1898, L'année Capitale, un article d'Olivier Sauvy paru dans RétroHebdo Février 1998
- Histoire de la France contemporaine 1871-1918 - Livre Club Diderot

GF

Retour à la page d'accueil