Maurice Yvain

Né à Paris le 12 février 1891 d'une famille d'origine juive, cet enfant chétif et malingre sera élevé à grands renforts d'huile de foie de morue et de fortifiants par un père trompettiste dans l'orchestre de l'Opéra-Comique, qui se chargea lui-même de son éducation au vu du caractère retors de sa progéniture à l'encontre des institutions.

De cette enfance musicale, le vieil Yvain conservera deux grands souvenirs: les créations de la Louise de Gustave Charpentier; ainsi que celle du Pelléas et Melisande de Debussy.

Dès la saison d'été 1905, (il a 14 ans), Maurice Yvain gagne ses premiers cachets en tant que pianiste accompagnateur au Casino d'Evian, où il se lie d'amitié avec le peintre Céria. A cette époque, il fait ses exercices pianistiques en lisant l'encyclopédie. Curieuse façon de délier les doigts. Moyen idéal de tromper l'austérité, l'aridité de ce travail d'étude.

C'est à cette époque que Yvain " s'essaye " à la comédie, en jouant dans un théâtre parisien un plaisant acte de Flers et Caillavet: 'Le Cœur a ses raisons'.

Pianiste au Théâtre Mévisto (du nom du comédien, pas de celui de son frère chansonnier), il rencontre là " Willy " Gauthier-Villars (l'époux de Colette), Sacha Guitry, Tiarko Richepin. De ces deux derniers, il créé le tout premier ouvrage: 'Tell père, tell fils', opéra-bouffe en un acte.Refusé à l'entrée des classes de piano préparatoires du Conservatoire pour dilettantisme, il étudie en tant qu'élève particulier auprès des pianistes Diemer, Philipp et Reitlinger, et l'harmonie avec Armand Marsik, puis enfin au conservatoire dans la classe de Xavier Leroux avec Albert Wolf.

Accompagnateur au " Porc-Epic ", cabaret de Pigalle, il est déniché par Gabriel Montoya pour faire revivre le cabaret " les Quat'-z'arts ", où il se lie avec Max Jacob, Picasso.

Louis Ganne (l'auteur des Saltimbanques) avait créé à Monte-Carlo un petit orchestre de virtuoses: dix-huit premiers prix du Conservatoire de Paris, condition sine qua non pour faire partie de l'orchestre. En 1911, Yvain auditionne avec la Mort d'Yseult du Tristan et Yseult de Wagner dans la réduction de Liszt. Engagement immédiat... Yvain sera le seul de la formation à ne pas avoir de prix de Conservatoire! C'est à Monaco qu'il rencontre Chaliapine et Raoul Gunsburg, alors incroyable directeur de l'opéra de Monte-Carlo.

Maurice Yvain

Maurice Yvain

Été 1912, Yvain reste à Monte-Carlo où il accompagne la création d'un caf'conç d'été... C'est là que les gendarmes viennent le chercher pour l'incorporer de force dans le 42' régiment d'infanterie, il avait oublié de répondre à ses obligations militaires.

Son service militaire devait durer 5 années. Lors d'un concert improvisé dans un café, il rencontre Maurice Chevalier, lui aussi conscrit. S'en suit une grande camaraderie qui ne se démentira pas. C'est Chevalier qui le poussera vers les rythmes américains et la chanson. Immédiatement, Yvain achète la revue Paris qui chante. Et c'est lors d'une marche vers Mulhouse que le soldat Yvain subit son premier bombardement.

Il est blessé à la cuisse à Nanteuil-le-Haudouin. Dès l'hiver 1914 se créent des troupes militaires récréatives composées d'amateurs et d'artistes de carrière mobilisés. Yvain retrouve un piano dans la cave d'une maison détruite par les bombardements. Après la bataille de Verdun, " téléphoniste volant " volontaire, il est gazé et fait prisonnier le 14 juillet 1918. Évadé du camps de Kassel, après être resté 7 mois " caché " dans un hôtel de la même ville, il rentre en France, où on l'affecte au service de censure de la correspondance des prisonniers... où il ne se présentera que pour toucher ses émoluments. Conscrit depuis 1912, il n'est rendu à la vie civile que le 19 septembre 1919.

Il ingurgite en 15 jours des dizaines de titres à la mode du répertoire courant de l'orchestre de danse afin de retrouver du travail dans les boites de nuit. C'est ainsi qu'il fait la connaissance de Clément Doucet...

" Le victorieux Rag-time s'installait en maître. Le plus fameux reste l'Alexander rag-time band.

Son auteur, Irving Berlin et ses émules, allaient bouleverser le monde. Leur innovation? Ils apportaient le rythme. Le rythme, élément essentiel de la musique. Notre vieux monde était essoufflé. En France, Debussy et Ravel avaient composé leurs grandes œuvres, Fauré et Florent Schmitt aussi; ne restaient que quelques succédanés s'attachant à leur formule. (…) La "syncope" devint le principal fondement de toute composition. (…) La force de pénétration de ce rythme irrésistible s'infiltra jusque dans la musique symphonique. " (Maurice Yvain, Ma Belle Opérette, La Table Ronde,1962)

C'est fort de ce constat que Maurice Yvain devint compositeur. Dès cet instant, dans les pas de Christiné et rejoint par Moretti, Gabaroche, ou Rosenthal, Maurice Yvain prépare l'oreille du vieux continent à naturaliser la musique américaine.

" Pour ma part, au travers de ce rythme obsédant, de ce magma sonore qui me martelait le cerveau, j'essayais d'extraire un semblant de mélodie, avec un petit " je n'sais quoi " de chez nous, un peu de parfum de Paris. " (Maurice Yvain, Ma Belle Opérette, La Table Ronde,1962)

Ses deux premiers " saucissons " furent créés par " le ténorino Vorelli, interprète glacé et statique ".
Un troisième succès, Savez-vous danser le fox-trot? favorisa une rencontre avec Albert Willemetz, auteur du livret de Phi-phi et de nombreuses revues. La revue du Casino de Paris (dirigé par Léon Volterra) accueillit deux de leurs productions communes: Violet Song (La Chanson de la Violette) créée par Rose Amy; et Cach'ton piano créé par Dréan, écrite pour protester contre un impôt nouveau frappant l'instrument.

C'est en 1920, lors de la saison d'hiver du Havre que Maurice Yvain fit ses adieux à la carrière de concertiste classique... de " pétrisseur d'ivoire "... Adieu Fantaisie de Shubert et Polonaise de Chopin.

Toujours en 1920, sur les conseils de Chevalier, Mistinguett accepta 'Mon Homme'. Pour la revue 'On peut monter!', Voltera commanda des airs additionnels... 'Billets doux', créé par Nina Myral fut de ceux-là, mais également le Trio des Épiciers, créé par la même Nina Myral, Maurice Chevalier et St-Granier.

C'est intrigué par ce trio que Gustave Quinson, (le directeur du Palais-Royal, du Théâtre Daunou et des Bouffes-Parisiens entre autres) invita Yvain à déjeuner. A l'issu, Yvain joua de mémoire des œuvres inédites, et Quinson rédigea un contrat pour trois opérettes.

Quelques jours plus tard, Yvain et Willemetz étaient convoqués au Palais-Royal, où Quinson leur remit le "livret" d'une comédie-musicale commit avec Yves Mirande. Quatre pages... une simple trame. Yvain part avec Willemetz et son épouse écrire au Cap-Ferrat.

" Leur chambre était située au dessus de la pièce où je composais. Au hasard de l'improvisation, lorsqu'un motif lui plaisait, Albert descendait aussitôt (...) nous avions mis dix jours pour écrire trois actes (...)" ainsi naquit 'Ta Bouche'.

Parallèlement, deux chansons connurent le succès en 1921: 'J'en ai marre!'(créé par Mistinguett), dont le court extrait que nous entendons provient du disque Pathé à saphir n°4052, et 'Il faut tout prendre avec le sourire' par Chevalier.

En 1922, Quinson réclama 'Là-Haut', avec un vrai livret cette fois. Créé par Maurice Chevalier, Dranem et Gabin père, la pièce fut un franc succès malgré les frictions Chevalier-Dranem, et Dranem-Yvain...

En 1923, Dranem divorce de Trilby, artiste de Café-Concert... que Maurice Yvain épouse à son tour!

Quelques ouvrages:

  • La Dame en décolleté, (1923)
  • Gosse de riche (1924)
  • Pas sur la Bouche (1925) (livret d' André Barde) créé par un plateau exceptionnel: Régine Flory, Jeanne Cheirel, Pierrette Madd, Koval, Robert Darthez, Berval … et Pauline Carton!
  • Bouche à Bouche (1925), opérette à grand spectacle créée par Gabrielle Ristori, Milton, Defreyn...
  • Yes (1928) avec Arletty, dont l'accompagnement initial est écrit pour 2 pianos.


Entre 1929 à 1935:

  • Elle est à vous
  • Kadubec
  • Pépé
  • Encore 50 centimes, en collaboration avec Christiné (réconciliation avec Dranem qui créé l'ouvrage)
  • Oh! Papa
  • Vacances (livret Henri Duvernois)
  • Un, deux, trois
  • La Belle histoire, 1934, livret de Henri-Georges Clouzot, d'après le conte de Perrault Le Chat Botté)
  • 1935 Au Soleil du Mexique

Malgré l'inspiration américaine de la musique; le caractère vaudevillesque (et parfois un peu rabelaisien!) des livrets, la plupart de ces ouvrages ont presque immédiatement été traduits et créés dans les plus grandes capitales, y compris en Allemagne, en Hongrie et en Autriche. Ta Bouche a dépassé les 100 représentations à Broadway.

1925: Yvain écrit musique et lyrics de 'Un bon garçon', chef-d'œuvre de la production de cette époque, l'aboutissement d'un style qui réunit musique, théâtre et succès. Repris à Broadway en 1928 sous le titre Luckee Girl.

Des Chansons:

  • J'ai fait ça en douce (Mistinguett)
  • La Java (id)
  • La Belote (id, repris par Berval à l'Olympia)

  • C'est toujours ça d'pris

Il écrit beaucoup de musiques de film. Parmi les meilleures créations:

  • Paris-Béguin de Francis Carco
  • Sans famille (avec Vanni-Marcoux) chanson d'inspiration italienne " Ma Lola "
  • La Belle Equipe
  • Les Deux gamines, chanson " Maman " par Fanely Revoil
  • Carthacala où Viviane Romance créé " Sur la route qui va " repris plus tard dans Chanson gitane
  • La Chanson de Paris où Georges Thill chante " J'ai tant d'amour "
  • La Fausse maîtresse, Danielle Darieux gazouille " Les fleurs sont des mots d'Amour "
  • Défense d'aimer (adaptation de Yes) est tourné sous l'occupation, avec Suzy Delair et Paul Meurisse

 

 

Yvain


Pas sur la bouche

Décoré de la Légion d'Honneur en 1931, Maurice Yvain était membre du Conseil Supérieur de la Radio, du prix Candide (devenu par la suite "Académie du Disque Français"), et plusieurs fois vice-président de la Commission de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques avant la Seconde Guerre Mondiale.

En 1937, responsable de la saison d'opérette à la Comédie des Champs-Elysées, il y fait jouer pour la première fois 'La Poule Noire' de Manuel Rosenthal.

1945, il produit une petite œuvre amusante, 'Monseigneur'. Il fut interdit de radio pendant deux ans à la libération. Raison: on s'était servi de sa musique et il avait laissé se commettre une 'infamante exploitation'...

En 1947, lorsque le Conseil Supérieur de la Radio se dote de secteurs, il hérite de la présidence de la section variétés. Ambition: veiller aux textes des chansons enregistrées et ne pas laisser passer de disques jugés libidineux ou subversifs. Il est aussi président de la section Musique. Son travail: déceler les qualités d'une œuvre symphonique ou lyrique sur papier avant de la proposer à l 'enregistrement et à la diffusion.

  • 1948, création de 'Chanson Gitane' écrit avec Louis Poterat.
  • 1951, 'Blanche-Neige', ballet chorégraphié par Serge Lifar à l'Opéra de Paris.
  • 1956, 'Le Corsaire Noir', opéra-comique créé à Marseille avec Maria Murano, Henri Legay et Xavier Depraz.

Il meurt en 1965.

Des écrits tardifs qui nous restent de lui, il se dégage une certaine jeunesse, une grande humilité. A travers ses souvenirs, c'est un homme au moral en acier qui apparaît, bon camarade, rieur... on constate cependant une amnésie partielle sur son rapport avec les femmes, car à l'instar de Sacha Guitry, il aura eu cinq épouses, dont son interprète la grande Gabrielle Ristori. Aucune information non-plus sur son lieu de résidence et son activité effective pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

De ses ouvrages lyriques, une verve jaillissante canalisée par une maîtrise totale de l'écriture et la connaissance parfaite du théâtre. Parfois (comme dans La Dame en décolleté ou Gosse de riche) la volonté de raffinement stylistique n'a pas forcément atteint son public, mais fait de lui le moins " ringard " des compositeurs de l'entre-deux guerres. Il a conservé les formules de l'opérette traditionnelle héritées de Messager ou Offenbach (airs, duos, trios, quatuor, ensembles, chœurs...) en utilisant des livrets étonnamment modernes et divertissants, écrivant une musique neuve, fraîche et maîtrisée.
Honegger, qui ne ratait jamais une création de Maurice Yvain disait: " Un final de Yvain, c'est ficelé comme un final de Haydn! ".

De ses chansons et danses, on peut dire que leurs racines "rag-time" ont fait le lit musical de la vague Noire de la fin des années 1920, le succès des jazz-band New-Orleans. Juste retour des choses, Sydney Bechet avait à son répertoire dans les années 1950 quelques succès de Maurice Yvain, dont Mon Homme.

En 1961, sentant arriver les "yéyés", Maurice Yvain écrivait: " Compositeurs, mes frères, lasciate ogni speranza et faites du twist! "

Au phonographe, vu le grand succès de Maurice Yvain, on trouve encore des disques chantés par les plus grands interprètes: Emma Liebel, Dranem, Chevalier, Mistinguett, ainsi que presque toutes les formations de jazz de l'époque...
Dans notre collection tous en 80 tours/mn):

Chez Pathé Frères:

n°2042 Victor Boucher - Ta Bouche (M.Yvain, Y.Mirande et Albert Willemetz) 'Ca c'est une chose'
n°2043 Mlle St-Bonnet - Ta Bouche (M.Yvain, Y.Mirande et Albert Willemetz) 'Le petit amant'
n°2042 Mlle St Bonnet - Ta Bouche (M.Yvain, Y.Mirande et Albert Willemetz) 'Non, non, jamais les hommes' - avec Choeurs
n°2043 Mlle Jeanne Cheirel - Ta Bouche (M.Yvain, Y.Mirande et Albert Willemetz) 'De mon temps'
n°2046 Mlle St Bonnet et V.Boucher - Ta Bouche (M.Yvain, Y.Mirande et Albert Willemetz) 'La seconde étreinte' - Duo
n°2046 Mlle St Bonnet et V.Boucher - Ta Bouche (M.Yvain, Y.Mirande et Albert Willemetz) 'Ta Bouche' Valse Duo
n°2055 Dranem Là-haut - 'Couplet de l'ange gardien' - Livret de A.Willemetz
n°2055 Dranem Là-haut - 'C'est la vie' - Paroles de Y.Mirande et G.Quinson
n°2056 Dranem Là-haut - 'C'est la vie'
n°2057 M.Chevalier Là-haut 'C'est Paris' - Paroles de Y.Mirande et G.Quison - du Casino de Paris
n°2057 M.Chevalier Là-haut 'Ose Anna' - Paroles de Y.Mirande et G.Quinson
n°2099 M.Koval Pas sur la bouche 'Pas sur la bouche'
n°2099 M.Berval et Mlle Madd Pas sur la bouche 'Ca c'est gentil'
n°2100 Berval Pas sur la Bouche 'Il suffit d'un rien' - Livret de André Barde
n°2100 Berval Pas sur la Bouche 'Je suis venu' - Livret de André Barde
n°2139 Davia Un bon garçon 'Ca n'était pas si difficile' - Livret et refrain de Maurice Yvain
n°2139 Davia Un bon garçon 'Je dis toujours le mot qu'il ne faut pas dire...' - Livret et refrain de Maurice Yvain
n°2805 Gosse de Riche - Fox-Trot Direction Stiklen
n°4002 S.Judic Billet doux - Fox Trot
n°4042 Mistinguett et M.Randall Oui...non - Duo
n°4052 Mistinguett J'en ai marre - Fox-Trot - du Casino de Paris
n°4108 Mistinguet En douce - Paroles de Willemetz et J.Charles
n°4108 Mistinguet La Java - Paroles de Willemetz et J.Charles
n°4122 Henri Léoni Chanson de l'eau
n°4480 Mistinguett Mon homme - Chanson réaliste
n°4184 Mistinguett - La belote - Paroles de Willemetz et Carpentier
n°4372 M.Chevalier - J'n'ose pas - Chansonnette - du Casino de Paris
n°4475 Boucot et Mistinguett - Le Gri Gri d'amour - Légende Hawaïenne - Duo grivois
n°4495 M.Chevalier - Avec le sourire (Willemetz, Charlus & Yvain) - Chansonnette
n°5048 Dréan Cach' ton piano
n°5144 Emma Liebel - Le premier rendez- vous - Chansonnette
n°6501 Mister Ragtime - One-Step réglé pour la danse par Mlle Mistinguett
n°6501 The Violet'song - réglé pour la danse par Mlle Mistinguett
n°6519 Billets doux - Fox-trot spécialement réglé pour la danse par Mlle Mistinguett - Orch. L.Haletbrun
n°6546 Pays de rêve - Shimmy & Fox-Trot - Direction Laurent Halet
n°6548 Shimmy Doll - Shimmy et Fox-Trot
n°6555 Orchestre Mitchell Jazz King's - Ta bouche (Maurice Yvain) - Non, non, jamais les hommes - One step

n°6607 Orchestre Mitchell's Jazz-King C'est Paris (Maurice Yvain) Fox Trot
n°6633 Le lys noir - Tango - Direction Laurent Halet
n°6647 La dame en décolleté - Les bains de mer
n°6647 La dame en décolleté - Je n'ai pas pu
n°6607 Si vous n'aimez pas ça - Fox Trot Orchestre Mitchell's Jazz Band
n°6716 Stilken's orchestra - La belote - Java réglée pour la danse par Mlle Mistinguet
n°7017 J'en ai marre... - Fox-Trot Shimmy
n°7021 Cache ton piano - One-Step

Chez Perfectaphone

n°1726 Emma Liebel La Belote (M.Yvain) chanson

Chez Opera:

n°782 Emma Liebel Le premier rendez-vous (M.Yvain) Opéra

Chez Ideal

n°5072 Orchestre Idéal Mon homme (Maurice Yvain) - Scottishs Espagnoles - Série d'Art


Un article de Pascal Hercé (voir aussi ici)

Retour à la page d'accueil